Les commentaires sont hors de ce post

L’âme n’est pas tout

L’âme n’est pas tout, bien qu’elle ait un prix inestimable qui lui a valu l’attention la plus soutenue et la plus intentionnée de l’univers : celle de son propre Créateur.
L’âme n’est pas tout, bien qu’elle paraît si fière d’elle et  appréciée si souvent; honorée elle est par les autres tout comme par elle-même.
L’âme n’est pas tout bien que chère et aimée et souvent bien aimable, elle est. L’âme n’est pas tout, ses sentiments, son intelligence, sa volonté ne suffisent pas au rachat et au salut de son être.

L’âme se nourrit de sentiments, de belles émotions, d’échanges copieux venant des cœurs et elle se berce au son de la mélodie des paroles élogieuses, de compliments, de félicitations; et elle s’endort, nuit après nuit, satisfaite, sans se soucier et sans regarder à plus, à regarder davantage et plus haut!
L’âme, de par sa volonté, est capable de mille choses, de grands projets, de grandes réalisations et de force à porter et à soutenir bien des vies mais l’âme, bien qu’elle possède, une telle volonté, si celle-ci n’est pas soumise aux règles du ciel, elle n’est et n’aura été qu’utile et honorée que dans cette vie passée sur terre.
L’âme, dans son entièreté, et par son intelligence, aura pu écrire les plus grands livres, inventé les systèmes les plus compliqués et habillement conçus; si cette intelligence et cette pensée que possède l’homme n’a pas le regard de Dieu dans ce qu’elle fait et invente, elle est et aura été un vent qui passe, un souvenir, un beau coup porté mais qui ne dure pas dans l’éternité.

L’homme possède bien évidemment une âme mais il est essentiellement un esprit, ce que les hommes sans avoir connu Dieu, ignorent, vivant alors la vie de l’âme plus que celle de leur esprit qu’ils ignorent bien souvent l’existence puisque non encore régénéré par l’Esprit de Dieu qui donne la vie à ce qui est mort; et l’esprit sans Dieu est mort!
C’est l’esprit que Dieu appelle à devenir semblable à Lui. L’âme, une fois appelée par Dieu, se doit de livrer la place à ce qui la domine et doit la dominer : la vie de l’esprit. Car l’homme est essentiellement un esprit, qui a une âme et qui vit dans un corps.

Certains individus vivront pour cette troisième partie de leur être : le corps. Tout dans leur vie est axé sur les besoins et les désirs et les passions de leur corps. La satisfaction de ces désirs crée ce qu’ils appellent « leur bonheur » mais ils ne savent pas que le bonheur du corps est le seuil de bonheur le plus bas, le moins élevé, qu’ils peuvent vivre car il y a plus que la satisfaction des cinq sens qui constituent la vie du corps.

La vie de l’âme a aussi son propre bonheur qu’elle cherche à créer et étant donné qu’elle s’élève à un niveau supérieur que le simple bonheur du corps, elle s’exalte facilement, se vante de ses mérites et de ses exploits, se glorifie de ses attributs et se compare et s’attire la faveur et la gloire des autres. Tout cela, alors qu’elle-même ignore aussi qu’il y a un niveau supérieur qu’elle pourrait vivre si elle délaissait la vanité et la gloire de ce monde dans lesquelles elle est tombée pour embrasser la vie de l’esprit qui n’entre en vigueur que lorsqu’elle se connecte et reçoit l’Esprit de Dieu; qui, une fois, en elle, illumine et éclaire les moindres espaces de sa vie laissés vides bien que pensant que la maison toute entière est bel et bien remplie!

Le monde a sa façon et ses milles manières de séduire l’âme de l’homme qui se laisse envoûter par ses attraits et propositions qui satisfont pour un temps mais un temps qui ne dure pas et qui amène bien souvent son lot de remords et de désappointements. L’âme (l’homme) cherche alors une issue qu’il ne trouve pas, ni à droite, ni à gauche, ni devant, ni derrière; car la solution à sa vie ne se trouve pas là où il a coutume de poser le regard, la solution de sa vie porte un nom et c’est le nom qui a signé sa libération, sa délivrance totale pour le jour où ils porteraient ses regards non pas à l’horizontal mais à la verticale, vers le haut, contemplant Son Sauveur, érigé pour lui sur une croix.
Combien a-t-il fallu payer pour sauver et récupérer l’âme des griffes de la mort? Et combien de visites et de messages laissés à la porte des cœurs, jour après jour, pour que l’âme (l’homme) réalise qu’il lui faut venir à Celui qui a estimé la valeur de sa vie au prix de la Sienne, versant Son sang, la seule monnaie du ciel qui a été attestée et approuvée pour sauver et retrouver les âmes perdues, emprisonnées dans les liens de la séduction et du mensonge que produit le monde inspiré par le diable lui-même.
« Ah! mais non, le monde n’est pas si mauvais! Ah! ces histoires du diable et de tout ce que l’on dit à son sujet… »

Les hommes feraient mieux de se réveiller et de croire en ce que dit la Parole de Dieu pour la simple et unique raison qu’il s’agit de la Parole DE DIEU et que jamais Dieu n’a  menti.
Si les hommes ne considèrent pas ce que Jésus a fait à la croix pour eux, quand bien même ils croiraient en Son existence et même à son histoire sur terre; s’ils n’appliquent pas à leur vie personnelle le pourquoi et la raison de Sa venue, ils demeurent dans les ténèbres et bien que la facture a été payée en entier, ils ne pourront bénéficier des avantages tant que, devant eux, après leur repentance, Jésus déchirera l’acte de condamnation qui pesait sur eux!
L’âme de l’homme se croit suffisante et capable de vivre sans Dieu. L’âme de l’homme, en matière de salut, se regarde, se contemple, se mesure et se contente, si bien qu’elle pense que Dieu s’en contentera également …

Mais rien n’égalera ce que Jésus, Son Fils, a accompli à la croix pour le salut, le rachat, de l’homme.
L’âme résiste, se flatte elle-même, se plaît et se complaît; mais elle n’a pas d’autre choix que de venir et de choisir la voie de Dieu qui est celle de se soumettre au plan de salut qu’Il a conçu dès que l’homme ait péché et par cela s’est séparé de Lui.
Sans cela, le monde et ses attraits aura certainement de l’ascendant et amènera l’âme à se perdre et à se détourner de Dieu davantage; mais si elle se soumet simplement et admet qu’elle a péché et reconnaît la seule façon pour elle d’être sauvée, alors son esprit reprendra vie, elle connaîtra qu’elle a été aimée et vivra sa propre transformation l’amenant à quitter les pauvres habits, les haillons, que le monde lui a fait porter pour revêtir des vêtements de gloire, de sagesse et de dignité que le monde ne pouvait lui donner.

Le corps a ses appétits, l’âme a ses aspirations et son mode propre de pensée mais quand l’esprit de l’homme se soumet à l’Esprit de Dieu et le reçoit! Quelle joie! Quel changement! Quelle vie nouvelle commence alors! Nul ne peut imaginer un tel destin avant d’y entrer, avant de faire cette expérience incomparable où nous vivons véritablement en communion avec Celui à qui appartient toutes choses et que toutes choses ont été faites par Lui!
Qui, en toute vérité, ne désire pas une telle rencontre, une telle proximité, une telle intimité? Si bien que si on accepte Sa Parole et que Sa Parole demeure en nous, Il promet de venir et d’habiter en nous. Peut-on espérer plus proche ami, plus excellente coalition?
Et que dire et comment décrire Celui qui vient ainsi se proposer à nos cœurs?! Il n’y a pas plus grande proposition, pas plus grande occasion et opportunité! Les anges observent et se demandent, Dieu lui-même contemple du haut des cieux à savoir « s’il y aura un homme, une femme suffisamment intelligent(e) pour chercher Dieu et Le recevoir »; car tous, à différents degrés, nous avons été pervertis, et sommes égarés, et ainsi séparés de la gloire de notre Dieu.
Suffisamment intelligent…!…….

Une once d’intelligence suffirait en autant qu’il y ait reconnaissance de qui nous sommes, de notre position éloignée de Lui par nos péchés, reconnaître que nous ne Le connaissons pas, être honnête de ce fait et désirer changer notre état de pécheur en fils et en filles de Dieu, légalement rachetés et devenus enfants de Dieu.
C’est alors que tout commence! Y aura-t-il aujourd’hui un homme qui criera à Dieu et lui dira « oui »! Oui à sa Parole, oui à Sa Volonté, oui à tout ce qu’Il dit; et cela, sans même encore tout connaître et comprendre, simplement s’humilier et venir et dire : « Je suis pécheur, Seigneur, change-moi, lave-moi, purifie-moi par Ton sang versé et viens faire ta demeure en moi pour toujours. Amen! »

Aucune douleur! Aucun sacrifice! Une simple prière de repentance et de reconnaissance de qui nous sommes sans Lui afin de devenir quelqu’un qui vit maintenant avec Lui.
S’obstiner à croire que vous avez Dieu sans L’avoir, ne vous  procurera rien sinon de vous enliser davantage dans le mensonge et l’orgueil vis-à-vis de Lui. Dieu fait grâce aux humbles mais Il résistera toujours aux orgueilleux. Il hait l’orgueil mais quand Il voit l’humilité et la pénitence dans le cœur de l’homme, Il vient et Il le relève, le nettoie et le revêt d’une robe blanche, d’un vêtement royal, d’un turban de fête, d’un diadème de gloire!

« Dieu ne dédaigne pas le cœur brisé, contrit, qui avoue ses torts, ses transgressions et qui les délaisse ». Celui-là obtiendra la miséricorde et la couronne de vie, que Jésus lui-même posera sur sa tête alors qu’ensemble ils marcheront vers le lieu où il n’y aura plus ni pleurs ni cris, que le bonheur éternel qui commence dès maintenant pour Celui qui s’engage à marcher avec Lui, avec Sa pensée et non plus selon sa propre volonté!
Qu’il en soit ainsi pour vous, lecteur, dès aujourd’hui, la porte bien qu’étroite est encore grande ouverte et vous accueille bras ouverts dans la cité de Dieu où la vérité siège sur son Trône pour l’éternité.

« Je suis le chemin, la vérité et la vie, dit Jésus. Nul ne vient au Père que par moi. » (Jean 14.6)
Vous dites : « montrez-moi le chemin! ». Jésus est ce chemin, empruntez-le dès aujourd’hui! Il est la Porte des brebis qui donne sur de verts pâturages et sur les eaux paisibles. Son joug est léger et son cœur doux et humble. Il ne vous fera que du bien car le mal n’habite pas en Lui : Le choisir est choisir le « vrai bonheur » et cela pour l’éternité.

Bienvenue et prenez place car le Roi bientôt fera sa seconde entrée et c’est alors que nous irons tous à Sa rencontre et vous serez alors réjouis et heureux d’avoir fait ce choix de vous abandonner à Lui et de ne pas avoir compté sur vos propres œuvres, mais sur ce qu’Il a fait, pour être sauvé!

La vie de notre âme, le bonheur du corps passent par l’abondance de l’esprit; si votre esprit est rempli de Celui qui tient l’univers entre Ses mains, qu’en sera-t-il de vos propres besoins et satisfactions quant à la vie? Il remplira bien chacun d’eux et au-delà de tout ce que vous aurez espéré et souhaité et même demandé!
Le recevoir, L’accepter est d’avoir fait la démarche la plus sensée et inespérée de votre vie! En Lui sont cachés les trésors de la sagesse et de la science; en vous maintenant, qui L’héberger, étant devenu Son temple, en vous maintenant, résident l’intelligence et la sagesse du ciel qui se libèrent et se manifestent peu à peu par votre vie appelée à briller comme le soleil et à répandre son parfum nouveau comme une nouvelle outre qui contient le vin du ciel qui enivre premièrement celui qui le contient!
Bonne nouvelle vie en Lui, en Jésus-Christ!

Le Seul Sauveur!

Évangéliste Sylvie Cloutier

Les commentaires sont fermés.